04/08/2011

Abdoukhakim Fazilov - Vladimir Firsov - Youri Glazkov

 

Profitons de l'été pour continuer le rapatriement ici des notices de notre ancien site, tout en les complétant. Trois auteurs encore aujourd'hui :

 

Abdoukhakim Fazilov

 

Abdoukhakim Fazilov (né en 1943) est un des rares auteurs de science-fiction d'Asie centrale. Il est en effet ouzbek. Physicien de formation et de profession, il a publié son premier récit de SF en russe en 1979. Au début des années 1980, il a intégré le séminaire de formation de Maleevka, puis a publié une poignée de nouvelles dont certaines ont été réunies dans son unique recueil publié à Tachkent en 1987.Fazilov.jpg

L'une d'entre elles a été traduite en français :

Le Mirage (Мираж, 1982), trad. A. Karkovski, Lettres Soviétiques, n°302, 1984, p. 67-78.

Un explorateur est victime d'un mirage hors normes qui lui fait voir toute la splendeur d'une antique citée d'Asie centrale. Une nouvelle à l'argument SF très faible, mais fort sympathique à lire par la magnificence des évocations.

 

Vladimir Firsov

 

Vladimir Firsov (1925-1987) n'est pas à pas à proprement parler un auteur important. Auteur d'un unique roman, un singulier space opera avec tournois de chevalerie, il n'a publié qu'une vingtaine de nouvelles. Mais il fut aussi responsable auprès des éditions Mir des ouvrages de vulgarisation scientifique et des traductions en langues étrangères. C'est donc à lui que l'on doit la parution de certains ouvrages comme ceux de Savtchenko ou des Abramov.Firsov.jpg

Une seule de ses nouvelles est traduite en français :

Le Kangourou (Кенгуру, 1975), trad. T. K., Lettres Soviétiques, n°348, 1987, p. 61-78.

Dans un avenir lointain, l'utopie est réalisée sur Terre. Et donc la notion de monnaie a disparu. Mais de nombreuses races extraterrestre s'y croisent et veulent commercer. Et elles utilisent des monnaies plus ou moins loufoques. On charge donc un historien de l'économie de créer une monnaie commune interstellaire. Une nouvelle certes anecdotique, mais plutôt drôle.

 

Youri Glazkov

 

De la même manière que le cosmonaute Leonov s'est reconverti dans le space art, son confrère Youri Glazkov (né en 1939), tout en poursuivant une carrière dans l'aérospatiale, s'est lancé dans l'écriture de nouvelles de science-fiction. Il a ainsi publié une vingtaine de nouvelles, sympathiques, mais hélas sans grand talent.Glazkov.jpg

L'une d'elle est traduite en français :

Le Noir silence (Черное безмолвие, 1985), trad. Elisabeth Mouraviova, Lettres Soviétiques, n°318, 1985, p. 51-63.

A l'heure d'une civilisation galactique, la Terre reçoit un message d'une nouvelle planète marginale. Une expédition est envoyée vers celle-ci, mais les explorateurs n'y découvrent plus un signe de vie...

 

 

Écrire un commentaire