20/02/2014

Quelques films à venir pour 2014 et 2015

La Russie continue à produire de nombreux films de SF, qui bien souvent ne n'arriveront pas jusqu'en France, mais tant pis, cela ne nous empêchera pas de vous en parler. D'autant plus que ce qui s'annonce pour 2014 et 2015 pourrait bien être prometteur.

Ce sont d'abord des oeuvres de Sergueï Loukyanenko qui vont être adaptés. Trois en tout. Ainsi, Le Petit et les ténèbres (Мальчик и тьма - 1997), roman de fantasy, qui sera adapté en dessin animé produit par Andreï Dobrounov. Quelques croquis préparatoires sont déjà visibles en cliquant sur l'image ci-dessous:

 

Loukianenko 1.jpg

Toujours avec Sergueï Loukianenko au scénario, on annonce pour 2015 le thriller intitulé Profondeurs (Глубина), qui sera réalisé par Mikhaïl Khlebodorov, le réalisateur du pas si mauvais que ça Contagion - Paragraphe 78.

Enfin et surtout, c'est le troisième volet des Sentinelles (alias Nightwatch et Daywatch en "français"), qui est en cours de préproduction. On ignore encore actuellement qui en sera le réalisateur. Gageons qu'avec un peu de chance, et malgré les propos pour le moins outranciers que l'auteur a émis récemment concernant les événements d'Ukraine, cela devrait relancer les traductions de ses oeuvres.

Toujours dans le domaine des adaptations, on annonce à nouveau pour 2015 un film qui est en chantier depuis 2008, Les Aventures d'Alice - Les prisonniers de la troisième planète (Приключения Алисы. Пленники трех планет), réalisé par Oleg Ryaskov, d'après l'oeuvre de Kir Boulytchev. Un premier teaser a été mis en ligne, et nous ne vous cacherons pas que cela a l'air assez mauvais.

 

Plus intéressant pour nous, la mise en chantier d'une nouvelle adaptation d'un roman des frères Strougatski, Le Petit, qui devrait sortir en 2015 sous le titre Le Mowgli cosmique (ce qui rejoint ici le titre anglais du roman, Space Mowgli). Le film sera dirigé par Alekseï Fedortchenko. Aucune image n'a encore été publiée.

02/02/2014

Les Journées du Livre Russe - un bilan

Et voilà, les 5e Journées du Livre Russe se sont achevées samedi soir, à la mairie du 5e arrondissement de Paris, par la remise du Prix Russophonie, cérémonie que nous avons hélas ratée, pour cause de train à prendre. Mais nous avons appris que le prix a été remis à Françoise Lhoest pour sa traduction de Les Lettres de Solovki, de Pavel Florensky, paru chez l'Âge d'Homme. Félicitations à elle!

Ces deux jours ont été l'occasion de nombre de rencontres fructueuses. Nous avons pu ainsi discuter avec Sophie Benech, Christine Zeytounian-Beloüs, Irène Sokologorsky et Anne-Marie Tatsis-Botton, qui a eu la gentillesse de nous remettre un exemplaire d'une de ses dernières traductions, Mes Treize oncles, de Vladislav Otrochenko (Verdier), dont nous parlerons bientôt.

Le fait d'avoir un stand avec quelques unes de nos publications (chez Rivière Blanche, avec Galaxies ou en auto-publication) nous a permis aussi de rencontrer quelques uns d'entre vous, amis lecteurs, et c'est toujours un plaisir. Merci à vous d'être passés!

Et puis il y eut les tables rondes, nombreuses, et qui ont attiré beaucoup de public. Nous en avions deux à assumer, l'une, vendredi, sur le séminaire de Boris Strougatski à Saint-Pétersbourg, avec pour participants Viatcheslav Rybakov, Sergueï Arno et Viktoriya. Malheureusement, la panne de notre micro nous a empêchés d'en conserver la trace... Hélas, car il s'y est dit des choses peu voire pas connues en France sur les activités de Boris hors de son propre travail d'écriture.

L'autre table ronde, samedi, avait pour thème "Regards croisés sur la société russe à travers sa culture contemporaine". Les invités initialement prévus étaient Evguéni Bounimovitch, Alexandre Fomenko, Dina Khapaeva, Andreï Pelipenko et Zakhar Prilepine. Fomenko et Prilepine ne pouvant venir, ils devaient être remplacés par Alexeï Oline et Boris Orlov, mais finalement Oline était absent et Orlov est arrivé un peu en retard. Qu'à cela ne tienne: la table ronde a bien eu lieu, et elle fut intéressante.

Table 1.jpg

Table 2.jpg

De gauche à droite: Viktoriya Lajoye, Dina Khapaeva, Evguéni Bounimovtich, Andreï Pelipenko et Inna Khmelevskaya (cliquez sur les photos pour les agrandir)

Et cette fois-ci, le micro a fonctionné! Et même si l'acoustique de la salle rendait un son de cathédrale, il nous est possible de vous proposer d'en écouter l'enregistrement ici:

Les échanges et prises de contact avec les auteurs furent tout aussi fructueux. Nous connaissions déjà un peu Viatcheslav Rybakov (que nous espérons avoir en interview dans les semaines à venir), mais nous avons donc aussi pu discuter avec Sergueï Arno, qui, en plus de nous offrir son dernier ouvrage tout récemment paru, nous a donné celui de Boris Vichnevski sur les frères Strougatski.

Arno.jpg

Vichnevski.jpg

(cliquez sur les images pour agrandir)

Enfin, il s'est trouvé qu'Inna Khmelevskaya, qui a assuré l'interprétariat des deux tables rondes, est elle-même auteur de fantastique: elle a publié en 2013 sous le pseudonyme d'Ina Goldine un recueil de nouvelles chez Fantaversum, et auparavant, elle avait publié en 2011, avec Ioulia Zonis une nouvelle très remarquée dans Polden' XXI vek', la défunte revue de Boris Strougatski.

Goldine.jpg

Tous nos remerciements vont en tous cas à Christine Mestre, qui a organisé cette manifestation avec le soutien de l'association France-Oural, du Centre Eltsine et de la Mairie de Paris.

07/12/2013

Gare aux confusions!

Il est toujours délicat de rééditer des textes qui l'ont déjà été par le passé. En effet, sauf si l'ouvrage ou le texte en question est devenu excessivement rare, il vaut mieux, si l'on veut espérer obtenir un minimum de succès, apporter un plus au texte réédité: préface, commentaires, révision, publication d'inédits, etc.

Moutons.jpgC'est ce que nous avons fait avec notre recueil d'Alexandre Kouprine, Le Soleil liquide, paru le mois dernier aux Moutons Electriques. Le Soleil liquide en soit n'est pas un texte rare, la traduction par Henri Mongault est libre de droits. Mais nous avons révisé cette traduction aussi soigneusement que possible, en y éliminant les coquilles de l'édition Gallimard, en y réintégrant des mots, voire des fragments de phrases qui en avait disparu, en corrigeant la graphie des noms anglo-saxons (qui souvent étaient simplement translittérés du cyrillique). Mieux, nous y avons ajouté une préface historique, une bibliographie, et surtout, une douzaine de textes plus ou moins rares, certains étant même carrément inédit en français.

Leeaf.jpgPourtant, il est surprenant de voir sur le site d'Amazon.fr qu'il existerait une version kindle de notre recueil. Pourtant, les Moutons Electriques n'ont pas prévu pour l'instant de réaliser une version numérique de ce livre. Le fait est que cette version kindle ne concerne que la nouvelle Le Soleil liquide seule, dans une version non révisée, un texte qu'un pseudo-éditeur s'est accaparé tel quel pour en faire ce kindle. Il n'y a là bien sûr rien de répréhensible (tout au plus pourrait-on se demander d'où sort cet "éditeur" dont le site est pour le moins... minimaliste). Mais là où ça ne va pas, est que le regroupement opéré par Amazon de notre recueil et de ce kindle ne peut qu'entraîner la confusion entre les deux, et induire les clients en erreur.

Or, nous l'avons dit plus haut: ces deux ouvrages ne sont en rien similaires. Attention donc, amis lecteurs: si vous achetez ce kindle, vous achetez seulement une vieille version de la nouvelle Le Soleil liquide seule, et rien d'autre.

 

Escargot 2.jpgAutre confusion possible concernant un de nos ouvrages récents: celle qui concerne L'Escargot sur la pente des frères Strougatski, paru chez Denoël Lunes d'Encre tout récemment. Ce roman est d'abord en 1972 chez Champ Libre dans une traduction de Michel Petris. On pourrait donc penser que pour le lire, il suffit d'acheter de nos jours, d'occasion, cette version. Et ce serait une erreur!

Escargot 1.jpgLa traduction de Michel Petris ne porte que sur une moitié du roman. L'autre moitié a été publiée dans Le Livre d'or de la science-fiction soviétique en 1983 chez Presses Pocket (anthologie de Leonid Heller). Mais ces deux moitiés constituaient deux fils narratifs qui s'entrecroisaient. Lire les deux anciennes versions séparément revient à lire ces deux fils l'un après l'autre alors qu'ils sont parallèles.

De plus, nous avons joint à ce volume la version préliminaire des frères Strougatski, intitulée L'Inquiétude, ainsi que les commentaires de Boris sur ce roman pour le moins cryptique. Bref, l'édition chez Champ Libre est très incomplète: l'édition chez Denoël est trois fois plus volumineuse.